Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

Tout ce qu’EINSTEIN n’a jamais dit : La Compil ! Robert L. Wolk (Dunod) (I)

« Quand Albert Einstein était à l’université de Princeton (USA), un jeune journaliste passionné lui demanda :"Quoi de neuf du côté de la science ?". Posant son œil doux et pénétrant sur le candide, il lui répondit :"Ah ? Vous avez déjà tout écrit sur la science ancienne ?". Einstein remarquait simplement que l’observation scientifique s’est poursuivie pendant des siècles et continue toujours. Cependant, alors qu’il existe un énorme marché pour expliquer les sciences aux enfants de façon ludique ( !?), ces derniers ne sont pas les seuls à poser des questions - surtout quand les adultes ne se sentent guère d’affinités avec elles et donc les ont peu approfondies… »

284385e3.gifVoici l’aperçu du  chapitre sur l’EAU :

"SUER À GROSSES GOUTTES"- Pourquoi la température d’un liquide baisse-t-elle lorsqu’il s’évapore ? Nos glandes sudorales exsudant un liquide (eau, sel, urée) base essentielle qui règle la température de notre corps… Là je jouerais la candide (que je suis en la matière) pour admirer ce processus naturel ! L’évaporation, elle, provient du détachement des molécules de la surface d’un liquide lequel diminue la température du liquide – ne souffle-t-on pas sur la soupe pour la refroidir ? Ces molécules remuent continuellement. Plus il fait chaud, plus elles s’agitent,  principe même de la température : ainsi mesure-t-on l’énergie cinétique (énergie de mouvement). L’onde se rafraîchit grâce à ces molécules à forte énergie, donc à forte vitesse, qui ont tendance à se détacher du liquide. Et la vitesse de refroidissement dépend de la façon dont les molécules sont liées : certains liquides, comme l’alcool éthylique sont dit volatils : l’alcool à 90° refroidit votre peau beaucoup plus vite que l’eau !

"POUSSE ARCHIMÈDE !": selon son fameux principe, un corps plongé dans un fluide reçoit une force verticale, dirigée vers le haut, égale et opposée au poids du fluide déplacé. Certes, c’est pour cela que les objets flottent – mais un porte-avion de cent mille tonnes ? Un bloc d’acier coulerait. L’eau sait-elle que la coque est creuse ? Jusqu’à quel point un objet doit-il être léger pour flotter ? Plus léger qu’un volume équivalent d’eau : la densité, seule compte (qui s’exprime en grammes par centimètre cube, en kilogrammes par litre etc.). Si la densité du bateau est inférieure à celle de l’eau, il flotte ! Pour que ce porte-avion flotte, il n’y a qu’à baisser sa densité en le creusant. C’est pourquoi le volume du porte-avion, sous la ligne de flottaison, est égal à celui de cent mille tonnes d’eau. Plus ! L’eau étant plus dense que le bateau cent mille tonnes d’eau prennent moins de place que cent mille tonnes de bateau. Heureusement, car cela signifie que la ligne de flottaison s’arrête au milieu de la coque, ce qui arrange les marins… Expérience personnelle (basique !) : l’eau de mer est de 3% plus dense que l’eau douce et le bateau flotte 3% de plus sur l’océan que sur un lac. Impressiondes-bulles-de-savon-pour-mesurer-le-changement-climatique_25599_w250.jpg surprenante que de nager dans la Mer Morte ou le Grand Lac Salé (USA) ! Quant à Archimède, (sans porte-avion sous la main), il a réalisé que le poids de l’eau qui avait débordé lorsqu’il a plongé dans sa baignoire pleine devait être égal à sa perte de poids – sa flottabilité – dans l’eau…

"BAIN MOUSSANT". Puisque nous sommes à la salle de bain : pourquoi les bulles de savon sont-elles rondes ? Il était une fois une NATURE qui se distingue par ses arrondis ! Exception faite des cristaux minéraux avec leurs magnifiques formes géométriques presque magiques… Ces belles bulles sont sphériques à cause de la force attractive, la tension de surface, qui agit sur les molécules d’eau pour qu’elles forment les groupes les plus compacts possible. Si on ne piégeait pas l’air à l’intérieur de la bulle de savon, l’eau savonneuse rétrécirait pour former une gouttelette ronde comme une goutte d’eau. Mais l’eau pure ne permet pas de faire la moindre bulle : c’est le savon qui réduit la tension de surface de l’eau, en baissant elle se plie à notre jeu…

"L’EAU ET LE MOUILLÉ". D’abord un point linguistique : le terme mouillé désigne l’opposé du sec. Cela vient-il de nos ancêtres qui n’ont pas trouvé d’autre mot lorsqu’ils étaient trempés ? Car c’est l’enfance de l’art que de rappeler le grand nombre de liquides dans la nature! En principe, on peut fondre n’importe quel matériau solide et le transformer en liquide et liquéfier n’importe quel gaz en le refroidissant. Constatation fondamentale, l’eau existe dans toute la gamme de températures à laquelle LA VIE existe également ! Ainsi l’eau est essentielle à toute forme de vie. Alors pourquoi ce liquide omniprésent est-il mouillé et nous mouille-t-il ? S’il n’y avait pas d’attraction entre les molécules d’une goutte d’eau et celle de notre peau, l’eau roulerait comme sur les plumes d’un canard. Les molécules d’eau sont polaires et s’attirent comme de minuscules aimants – en plus, les liaisons hydrogène font le même effet. Expérience pour débutants : trempez une bougie dans un verre d’eau, elle ne sera pas forcément mouillée ! Trempez votre doigt dans du mercure (dangereux !) il ressortira aussi sec que la bougie – mais un morceau de cuivre ou de laiton, eux, seront mouillés à cause des atomes métalliques… ATTENTION : la capacité d’un liquide à mouiller est relative et certains mouillent plus que d’autres. Étrange, l’alcool mouille beaucoup plus que l’eau car les molécules d’eau adhèrent si fortement les unes aux autres qu’elles ont tendance à ignorer les autres molécules alentour, même si elles ont les mêmes types d’attractions moléculaires. Exemple : versez Cascade.jpgquelques gouttes d’eau sur votre parapluie, elles rouleront (à moins que vous ne les forciez à le mouiller avec votre doigt) ; versez quelques gouttes d’alcool, elles l’imbiberont instantanément !

"LE TITANIC" a coulé mais l’iceberg a continué à flotter. Essentiel ! Si la glace ne flottait pas sur l’eau, nous risquerions de ne pas être là pour poser la question ! Pourtant la plupart des autres liquides gèlent et coulent… Or, les molécules de l’eau sont reliées par des liaisons hydrogènes (voir plus haut) et forment une sorte de pont : un poids d’eau donné occupe environ 9% d’espace de plus sous forme de glace que sous forme de liquide. Si l’eau gèle, elle ne peux se dilater et brise les récipients. Lorsqu’on l’on commence à refroidir l’eau à partir de la température ambiante, elle devient de plus en plus dense, comme tous les autres liquides, car les molécules ralentissent et n’ont plus besoin d’autant de place. Mais la densité de notre bonne vieille aqua n’augmente que jusqu’à un certain point : quand sa température baisse en dessous de 3,98 °C (disons 4), elle devient moins dense en refroidissant. La raison en est que certains ponts commencent à se former. En effet, à 0°C , tout le reste des ponts se mets en place, l’eau liquide devient de la glace et la densité tombe finalement à sa valeur la plus faible.  Quant à patiner sur un lac gelé, il faut que toute l’eau du lac atteigne les 4° malgré une température extérieure plus basse. Plus ! Toute l’eau dont la température est inférieure à 4° et la glace restent sur le dessus, car elles sont plus légères, et les poisson, dessous, ne peuvent jamais avoir plus froid ni geler. C’est ainsi que les propriétés inhabituelles ont permis l’émergence de la vie sur la Terre !

Antoine Fignes


Catégorie : ARTICLES - SCIENCES
Page lue 2803 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !