Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

QUELLE PAUVRETÉ ?

"L’on voit certains animaux farouches, des mâles ou des femelles, répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu’ils fouillent et logo-site.pngqu’ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont une voix articulée et quand ils se lèvent sur leur pieds ils montrent une face humaine ; et en effet ils sont des hommes…" La Bruyère (Caractères). Cette tache indélébile sur les ors du Versailles de Louis XIV se reproduit aujourd’hui probablement – non sous les ors de la République - mais au moyen, en particulier, des paradis fiscaux… Analysons donc le problème de la pauvreté grâce à AIDE A TOUTE DÉTRESSE qui publie "En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté" (1) absolument essentiel pour une conception claire. En voici quelques extraits…

"La définition du taux de pauvreté est artificielle" : la pauvreté est loin d’être une notion relative. Un millionnaire ne sera jamais pauvre dans un pays de milliardaires ! Cumulant diverses précarités, on atteint lafinir-idees-fausses-pauvres-pauvrete-1424419-616x0.jpg rupture et l’exclusion de la société (être bien nourri et logé, prendre part à la vie de la communauté, pouvoir se montrer en public sans honte…). En 1987 Joseph Wresinski (fondateur de ATTD Quart Monde) donnait cette explication : "La précarité est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permettant aux personnes et aux familles d’assurer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales et de jouir de leurs droits fondamentaux…". Cette dimension pluridimensionnelle se trouve dans l’Avis adopté par le Conseil Économique et Social les 10 et 11/02/1987…. Ainsi, la lutte contre la pauvreté n’est pas axée sur la seule question des revenus, mais aussi sur l’acquisition de "ressources" comme l’éducation, la santé, le fait de ne pas être discriminé…

"Les pauvres coûtent cher" : Oui la misère coûte cher sdf-3.jpghumainement et économiquement. Si elle n’existait pas toute la société y gagnerait. Le Protocole facultatif au Pacte international des droits économiques sociaux et culturels (PIDESC) – qui n’est pas encore ratifié par la France (avril 2013) - constate : "les coûts et les conséquences de la pauvreté sont beaucoup plus importants que les dépenses directes effectuées à l’égard des programmes de lutte contre la pauvreté…"… D’autant qu’il faut souligner qu’en France 7,3% des entreprises sous-déclare les heures travaillées (rapport 2011 de l’Across, branche recouvrement de la Sécurité Sociale)… "La pauvreté est à quelque égard une condition de l’existence de l’humanité. Ne dites pas au pauvre qu’il est pauvre par sa faute…faites-lui aimer la pauvreté ; montrez-lui en la noblesse le charme, la beauté, la noblesse" (Ernest Renan 1863)

"Se loger et manger, c’est plus important que la culture" FAUX : Geneviève de Gaulle-Anthonioz (ancienne présidente d’ATT Quart Monde a démontré (2) l’importance qu’avaient eu, pour elle la culture, l’art et la spiritualité lors de sa déportation à Ravensbrück et beaucoup de témoignages le réaffirment…

"Notre modèle de solidarité enferme les pauvres dans l’assistanat" : "Le résultat inévitable de la charité légaleSDF4.jpeg est de maintenir dans l’oisiveté le plus grand nombre des pauvres et d’entretenir leurs loisirs aux dépends de ceux qui travaillent" Alexis de Tocqueville 1835) NON ! Les personnes en situation précaire préfèrent le plus souvent s’en sortir par leurs propres moyens plutôt que de recourir à l’assistance à laquelle ils on droit (les exclus d’un emploi sont prêts à en occuper un même sans gain financier immédiat). Voir de détail des taux de non recours – en moyenne 50% pour le RSA…

"Contre le chômage, on a tout essayé" FAUX : certes, des incitations financières visent à embaucher des chômeurs mais les résultats sont minces… On n’a jamais tenté ni de proposer aux chômeurs de longue durée des emplois en CDI correspondant à des besoins non satisfaits (et financés par une réallocation de cette dépense) ; ni une démarche d’exhaustivité en proposant un emploi sur un territoire, pour garantir que les plus éloignés de l’emploi ne soient pas laissés de côté…

"Pour lutter contre la pauvreté il suffit que la croissance soit plus forte. On ne pourra jamais trouver du travail pour tout le monde" FAUX : il n’y a pas de lien entre la croissance économique et la baisse de la pauvreté et il est possible et rentable de créer ces emplois répondant à des besoins non satisfaits. Si l’on tentait de substituer la redistribution ? On créerait, ainsi, des emplois. D’ailleurs le chômage n’est pas la seule cause de pauvreté et les chômeurs de longue durée sont les derniers à retrouver du travail lorsque la conjoncture s’améliore… "Le pauvre est nécessaire au riche comme celui-ci au pauvre. L’un par la charité, l’autre par la résignation tous deux gagnent le salut"(un évêque 1879)

"L’école corrige les inégalités sociales" Eh bien, non ! Actuellement elle les renforce au contraire. En France, l’impact du milieu social sur la réussite ou l’échec scolaire est plus grand que dans d’autres pays et il augmente ! En 2009, plus de 75% des élèves dont les parents sont cadres ou intellectuels ont obtenu le bac, contre 33% pour les enfants d’ouvriers et 41% des enfants d’inactifs …

"Les immigrés prennent des emplois aux français" FAUX : l’immigration (augmentation de 1% entre 1975 et 2008) apporte au contraire de la richesse au pays d’accueil – donc de l’emploi grâce à l’apport de consommation, d’impôts et de cotisations. Plusieurs études de spécialistes, dans différents pays et l’OCDE montrent « qu’un accroissement de 1% de la part des immigrés de la population active d’un pays augmente le taux de chômage des natifs de seulement 0,05 point au bout d’un an, cet effet s’annulant totalement au bout de 5 ans »…

On découvrira, ainsi, dans ce livre tout un éventail de réponses appropriées aux questions posées par la pauvreté et l’on pourra y ajouter un méditation spirituelle avec cette phrase du pasteur Dietrich Bonhoeffer (assassiné par les nazis pour avoir participé à l’attentat de juillet 1944 contre Hitler) : "Cela reste une expérience d’une incomparable valeur que nous avons appris à voir les grands évènements de l’histoire du monde à partir d’en bas, de la perspective des exclus, des suspects, des maltraités, des sans pouvoirs, des opprimés, des bafoués".  

Anne-Flore Urielle

  1. Édition de l’Atelier : 5 € !

  2. « La traversée de la nuit » Seuil 1998

http://www.atd-quartmonde.fr/

Voir également « SE BATTRE » documentaire de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana : portraits dignes et pudiques de cette réalité humaine contemporaine (en salles actuellement).


Catégorie : ARTICLES - ACTUALITE
Page lue 3125 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !