Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

RENÉ GOSCINNY 1

Grâce à lui l’originalité du scénariste de bande dessinée, jusqu’alors occultée, se révéla un métier, un savoir-faire, un style - un art !

Or, deux légitimes hommages viennent de paraître : « MILLE ET UN VISAGES » (chez IMAV9782915732443.jpg merveilleuse somme de son œuvre et « Le bruit des clefs » (chez NiL) d’Anne Goscinny sa fille : « …Maman est rentrée seule à la maison ce jour-là. Vous étiez partis tous les deux. Un seul trousseau de clefs jeté sur le meuble de l’entrée. Tu étais mort… Mort jusqu’à quand ?... Bruit anodin qui allait guillotiner mon enfance…Le plus difficile dans cette histoire-là, c’est qu’il faut tout apprendre. Les dimanches sans toi. Les vacances sans toi, la maison sans toi, maman sans toi…». Anne avait 9 ans !

928626-goscinny_large.jpgOn se figure tout savoir sur René Goscinny à travers ses héros : Lucky Luke, le Petit Nicolas ou Astérix. C’est oublier qu’il en a composé tant d’autres et qu’ils sont nés dans une presse consacrée à la jeunesse de la deuxième moitié du XXème siècle et, loin de se démoder, tous ses héros franchissent gaillardement les générations actuelles. Malgré sa mort si précoce il a su s’entourer de dessinateurs modernes : Gébé, Fred, Reiser… Cabu, Goscinny a aussitôt détecté son aspect potache, « Il a deviné que c’était sur ce personnage-là que je devais me concentrer et je l’ai appelé le Grand Duduche » !

  De même, on croit connaître la vie de René Goscinny (1926-1977), vie plutôt mouvementée. Né français, à Paris, d’une famille d’immigrés juifs polonais ; son grand-père maternel (fuyant les pogroms ukrainiens) éditait, dans son imprimerie, des journaux yiddishophones et russophones. Exilés en Argentine, René Goscinny suit une scolarité française et chevauche la Pampa. Pourquoi galvanise-t-il déjà le rire des siens et de ses camarades ? Très tôt il dessine « Les Pieds Nickelés »… Pendant la Seconde Guerre Mondiale 3 oncles meurent à Auschwitz. Après la mort de son père, il part à New York avec sa mère. Abondantes vicissitudes pour dénicher le métier selon ses rêves : humoriste dans la BD !Diverses péripéties conduisent le « frenchy » bilingue, élégant, nœud papillon et cigarette au bec, vers HARVEY KURZMAN : « Mon influence sur lui fut si forte que tout ce que nous entreprîmes tourna au désastre et il n’eut ensuite d’autre recours que de tenter sa chance ailleurs ».

 L’enchantement commence avec MORRIS et « LUCKY LUKE » ! Publié, dés 1946, dans « SPIROU», griffe insufflée par les dessins animés et scénario réduit aux gags graphiques. Morris, devenu son ami, a l’astucieuse idée de requérir Goscinny. 1956, 9ème album,luckyluke1.jpg « Des rails dans la prairie » (Morris donne à l’un de la bande, Joss Jamon, une ressemblance avec son scénariste : début d’un jeu auquel se livreront tous ses dessinateurs ! soulignons, ici, ce signe original si particulier à René Goscinny !). Or, Goscinny offre à la satire des westerns toute sa démesure comique. L’aphorisme «l'homme qui tire plus vite que son ombre », la chanson de fin sur fond de soleil couchant, les ergotages avec Jolly Jumper (son cheval) et crée de nouveaux personnages dont les « cousins » des Dalton (enterrés par Morris) ! Magnifique invention de ces 4 qui jouent les durs face à Lucky Luke incarnant la loi et la morale. Suivra le chien « Rantanplan », caricature de « Rintintin », dans la lignée des personnages idiots qu'aime mettre en scène Goscinny, source des saillies dont il raffole. « Travailler avec Goscinny était passionnant » (Morris). « Morris aimait bien mes scénarii, et ce qu'il voulait surtout, lui, c'est dessiner » Goscinny.

Enfin vint ABERT UDERZO, (fils d’immigrés italiens), « Albert, le frère de ta vie, l’Ami comme on n’en a qu’un est là, (écrit Anne Goscinny dans « Le bruit des clefs »),… Dévasté sans éclat. Démoli sans tapage…le désespoir sec. Le vrai ». Campant des styles très différents (ex : réalisme de « Tanguy et Laverdure »), son grand sens du gag visuel complétait parfaitement le génie drolatique de René Goscinny. En cette année 1951 – à Paris ! – parallèlement à ses propres séries, « Dick Dicks » et « Capitaine Bibobu ». Le duo commence, entre autres, une sorte de brouillon : « Jehan Pistolet » parodie des pirates du XVIIIème siècle dans laquelle apparaît un matelot maladroit portant un nœud papillon « P’tit René » … Ils ne se défendent pas moins contre les éditeurs et fondent « EDITFRANCE » dans une atmosphère de défricheurs à la fois novices et novateurs ! Ainsi naquit « PILOTE » fin 1958, 6 hommes de presse et de bandes dessinées élaborent un périodique pour jeunes : Jean-Michel Charlier, Albert Uderzo, René Goscinny, Raymond Joly, François Clauteaux et Jean Hébrard ; la bande dessinée y côtoiera les jeux et l'actualité. De grands noms s’y coudoieront …

asterix.jpg1959 est lancé, dans « Pilote » ASTÉRIX : « On s'est simplement dit : ça va être marrant de prendre des Gaulois et des Romains, 2 groupes antagonistes. » « Je me suis toujours inspiré des pages roses du Petit Larousse pour faire parler mes Romains en latin». Une floraison quasi fusionnelle des deux complices : « La Serpe d'or », « Astérix et les Goths »,« Astérix gladiateur », « Tour de Gaule d'Astérix » (Idéfix), « Astérix et Cléopâtre », « Combat des Chefs », « Astérix chez les Bretons », « Astérix et les Normands », « Astérix légionnaire », « Le Bouclier arverne », « Astérix aux Jeux Olympiques », « Astérix et le chaudron », « Astérix en Hispanie », « La Zizanie », « Astérix chez les Helvètes », « Domaine des Dieux », « Lauriers de César », « Le Devin », « Astérix en Corse ». 1974 « Le Cadeau de César » : Goscinny et Uderzo quittent définitivement «Pilote » et créent les Studios « Idéfix »obelix01.jpg pour réaliser les dessins animés. Puis « La Grande Traversée », « Obélix et compagnie » plus le dessin animé « Les Douze Travaux d'Astérix ». La dernière création commune d'Uderzo et Goscinny, « Astérix chez les Belges » sort en 1979 : Uderzo, par affection, dessine un lapin triste sur la scène du banquet final, « le lapaing » surnom que René Goscinny donnait à sa femme. D’ailleurs, il continuera « leur » œuvre en fondant les Éditions « Albert-René »…« L’odyssée d’Astérix » est entièrement dédiée par Uderzo à son ami, personnage à part entière, pour un adieu.

barbari.jpgAstérix : Uderzo le désirait athlétique, mais Goscinny avivait un anti-héros au physique cocasse, teigneux, intelligent et débrouillard pour coller au « français moyen ». Obélix : livreur de menhirs et meilleur ami d'Astérix. Tombé dans la marmite de potion magique enfant, ses effets sont permanents. Idéfix, chien d'Obélix ; Panoramix, druide du village, prépare les potions ; Abraracourcix chef du « village des fous » (marié avec Bonemine) ; Assurancetourix, barde dont la voix déclenche des cataclysmes. Goscinny a, donc, émiette joyeusement ses jeux de mots débordant d’anachronismes, confusions chronologiques et désinvoltures avec l'Histoire : la Gauloise « Iélosubmarine », (cf Beatles, Yellow Submarine), ou le doyen du village, Agecanonix (âge canonique), etc.… Cependant la raillerie n’est jamais partisane, les pistes brouillées sur la politique car le « petit gaulois » et ses copains sont inclassables !

Le Parc Astérix, inauguré en 1989 par Jack Lang, ministre de la culture : Ses thèmes : Via Antiqua, Empire Romain, Grèce Antique, Vikings, A travers le Temps et Bienvenue chez les Gaulois… Mais René Goscinny n’était déjà plus là pour déguster ce succès phénoménal…

A SUIVRE.... Anne-Flore Urielle


Catégorie : ARTICLES - ART
Page lue 112821 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !