Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

Gustav Mahler

mahler_gustav.jpg   Gustav Mahler, 1860-1911, vécut dans l'Empire d'Autriche (aujourd'hui République tchèque). Chef d’orchestre et compositeur passeur entre le XIXe siècle et la période moderne (dix symphonies et plusieurs cycles de lieder). Dès sa jeunesse, le mysticisme catholique l’attire s'opposant aux rituels juifs de son origine. Baptisé en 1897. Non sans souffrir de l'antisémitisme ambiant et malgré l'inspiration chrétienne des Symphonies 2 et 8. « Je suis trois fois apatride ! Comme natif de Bohême en Autriche, comme Autrichien en Allemagne, comme juif dans le monde entier ».

      Contemporain DEBUSSY (malgré leur manque d’affinités), STRAUSS, SIBELIUS, précédant de peu SCHONBERG, WEBERN, BERN  qu'il guida généreusement. Lui, restera tonal face aux premières tentatives de musique atonale qui n’auraient pu éclore sans son exemple. Les compositions de Mahler sillonneront ce dualisme entre XIX ème et XXème siècle : il en unit les germes sans jamais les fondre. Mélodiste intime, maître du lied, il se vit dénier toute aptitude pour aborder les vastes architectures de la symphonie. Or, toute sa vie, il poursuivit la synthèse de ces genres en apparence inconciliables. Élaborer la conception symphonique à partir du lied ? Bien des murmures incriminèrent de soi-disant « petits lieder gonflés en symphonies »… Mahler fut peut-être « long ». Mais « informe » ? Le 1er mouvement de la « Troisième symphonie » et le final de la « Sixième » sont les plus prolixes : rappelant fort à propos qu’un chef-d’œuvre de 80 minutes captive plus que 10 mesures d’insignifiance ! Nonobstant  la prophétie de l’homophonie, Mahler, « osa des « bruits » parasitaires, populaire ainsi privé de sa pureté innée donc de sa « dignité » ! la musique rejoint l’homme révélé impromptu « de quelque part en Bohême » - comme un trouble fête.
        Mahler a sa place parmi les « Autrichiens » d’origine juive qui donnèrent mauvaise conscience à cet Empire qui semblait tournoyer vers l’abîme aux bras sa « Sissi »… et le meurtre d’un archiduc qui ouvrira un funèbre bal sonnant le glas de tout un monde !
Vienne d’avant 194-18 ! une exubérance artistique au sein d’une société figée : Kafka, Schnitzler, Freud, Karl Kraus et « ses « Derniers jours de l’humanité ». (si étranger au ghetto !) Moins encore un Stefan Zweig écrivain précieux (qui fera l’éloge funèbre de FREUD), ami de Verlaine, véhément solidaire des idéaux paneuropéens pacifiques de Romain Rolland…

« Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige,alma-wedding.jpg
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.


En fait c’est à travers son épouse ALMA que Mahler pénètrera, dès 1886, ce tourbillon : peu de compositeurs ont à ce point mêlé leur vie personnelle et leur œuvre : il épouse en 1902 Alma Schindler (1879-1964) - 20 ans plus jeune que lui, ébloui par sa beauté et sa liberté. Pianiste douée, toquée d'art, elle pilote l’élite moderniste parallèle aux transformation industrielles – tandis que l’aristocratie s'agrippe à son étiquette : Gustav Klimt, Kolo Moser ou Kokoschka…

Des deux filles Mahler, l’aînée est emportée par la scarlatine. Leur mariage et leur mariage en miettes : citons ces mots  envers une fiancée, panthère enflammée par une folle ambition – qui déjà composait : « Tu n’as désormais qu’un métier, me rendre heureux » ! S’est-elle vengée ? Pendant deux ans, Alma est la maîtresse de l'écrivain et peintre Oscar KOKOSCHKA, (voir The_Tempest.jpg« La Fiancée du vent »). Mais, effrayée son fanatisme, elle plonge en un paradisiaque tête-à-tête avec un superbe allemand, blond aux yeux clairs (elle, subtilement antisémite) : WALTER GROPIUS. L’instinct d’Alma ne la trompe pas ! Le futur fondateur du BAUHAUS, cénacle du design ! architecture, art, artisanat, théâtre, etc. dont les membres seront Paul Klee, Johannes Itten, Josef Albers, Herbet Bayer, László Moholy-Nagy et Wassily Kandinsky… Pour la première fois on y adoptera les matériaux de l'industrialisation. Influence capitale sur l'esthétique utilitaire internationale.
Dans la conjoncture, Mahler consulte Sigmund Freud au cours d’une « discussion promenade » bienfaisante.  Et Alma restera auprès de lui pour sa quatrième saison aux États-Unis et jusqu'à la fin de sa vie.
  Adonc à partir de 1912 s’officialisera sa liaison avec Kokoschka : le magnétisme de cette dernière le conduit à peindre avec des brosses plus larges et plus en plus de couleurs. En 1914, il se joint aux peintres de la Sécession viennoise à Berlin…. Ce qui n’empêche pas Walter Gropius d’épouser Alma: ils divorceront en 1920. La mort prématurée de leur fille, Manon, inspira à Alban Berg son "Concerto à la mémoire d'un ange" (1935)…
     Malgré ses déboires conjugaux, Mahler connaît un succès public avec la huitième symphonie à la création de laquelle assistent, à Munich, les plus grands artistes et écrivains de l'époque, dont Thomas Mann. Braqué sur la traditionMortVenise.jpg beethovénienne, hanté par une neuvième symphonie, il leur donnait à toutes le numéro 9. Le brouillon de la dixième est rempli de références à la liaison de femme avec Walter Gropius et d’autres repères autobiographiques…
« Mon temps viendra » disait-il face aux ricaneurs. En effet, vers 1960, grâce à Leonhardt Bernstein, puis, à la faveur de l’illustration musicale du film de Luchino Visconti, adaptation de la nouvelle de Thomas Mann (1971) « Mort à Venise », avec l’adagietto de la 5e symphonie, qui créa un emballement, son œuvre émergea en définitive des oubliettes et dans son entièreté.

Narcisse Castel-Jarnac

 


Catégorie : ARTICLES - MUSIQUE
Page lue 93191 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !