Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

 moliere02.gif« C’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens ».
« Ceux de qui la conduite offre le plus à rire
Sont toujours sur autrui les premiers à médire. » Molière (Tartuffe)
 « L'homme souffre si profondément qu'il a dû inventer le rire ». Nietzsche
« Si on ne peut pas rire au paradis, je ne tiens pas à y aller.»
 Martin Luther 
                             Un philosophe français, Prix Nobel de Littérature, HENRI BERGSON,   (1859-1941) a consacré, parmi d’autres études,  un ouvrage sur « Le Rire »

 [Devant les lois antisémites du Régime de Vichy, il résigna tous ses hommages et s'abstint de rallier le catholicisme en solidarité avec ses coreligionnaires. («Mes réflexions m'ont amené de plus en plus près du catholicisme où je vois l'achèvement complet du judaïsme. Je me serais converti si je n'avais vu se préparer depuis des années … la formidable vague d'antisémitisme qui va déferler sur le monde… »).]

      Qu’un « docte » philosophe ausculte le RIRE ? Pourquoi pas ! décortiquer l’hilarité avec le poids analytique d’une spéculation métaphysique ? Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. « Le comique s’adresse à l’intelligence pure… Le rire a besoin d’un écho… le rire doit avoir une signification sociale ». Arletty le dit très simplement : « L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre, c'est partager le rire que de s'aimer. » Cependant Bergson avance : « Il nous faut distinguer entre le comique que le langage exprime et celui que le langage crée »… « Le mot d’esprit, quoique lié à une figure de langage, évoque l’image confuse ou nette d’une scène comique… Et ceci ne peut guère arriver que lorsque la phrase renferme une absurdité manifeste ». « …L’humour est l’inverse de l’ironie, tous deux sont des formes de la satire mais l’ironie est de nature oratoire tandis que l’humour a quelque chose de plus scientifique… ». A la fin de son livre « Le Rire », Bergson évoque la métaphore du bord de mer : « C ‘est ainsi que les vagues luttent sans trêve à la surface de la mer… Parfois le flot qui fuit abandonne un peu de cette écume sur le sable de la grève. L’enfant qui joue vient en ramasser une poignée et s’étonne de quelques gouttes d’eau bien plus salée… Le rire naît ainsi de cette écume… Il est lui aussi une mousse à base de sel. Comme la mousse, il pétille. C’est de la gaieté. Le philosophe qui en ramasse pour goûter… une certaine dose d’amertume ». 

Aujourd’hui, l’humour dit « noir »  semble à la mode :
« Le rire est la politesse du désespoir… », Pierre Desproges:ed4227734ed75d343320b6a5fd16ce57-2.jpg "Qui a coulé le Titanic ?" Iceberg, encore un juif .SergeGainsbourg.
De fait, l'humour n'est pas nécessairement lié à la joie : traiter à la légère les choses graves, et gravement les choses légères.

Alfred JARRY (1873-1907) (élève d’Henri Bergson à Henri IV) élucubra la « Pataphysique » pseudo philosophie au-delà de la métaphysique. Pastiche de la démarche scientifique volontairement absurde : «science des solutions imaginaires».« Ubu roi », sa pièce de théâtre (1896) est un méli-mélo bravache, farfelu, canular rabelaisien. Le père Ubu utilise les fameuses formules « De par ma chandelle verte » ou la fameuse épenthèse « Merdre ». Cette dramaturgie truculente de Jarry inaugura le théâtre moderne. …Ubu Roi entra à la Comédie-Française en 2009. (mise en scène de Jean-Pierre Vincent).
En fait, « Le Collège de Pataphysique » ne fut créé qu’en 1948. Dans son bulletin, « Viridis Candela », on y lit Ionesco, Boris Vian, l’origine de l’Oulipo, sinon le surréalisme…

prev.jpgJacques Prévert (1900-1977) avec « Paroles » qui détraquent l’académisme, retenant du surréalisme une sensibilité anarchisante : les choses et les êtres dialoguent à la fois proches et insolites – provocantes ! humour vital car Prévert fut Satrape du Collège de Pataphysique en qualité de fabricants de Petits Plats dans les Grands pour la définition qu’il en avait donné dans La Nef (01/1951) : " Depuis trop longtemps on prenait l’humour à la légère, il s’agit maintenant de le prendre à la lourde "

"La vie est une cerise
La mort est un noyau
L'amour un cerisier."

"Mangez sur l'herbe
Dépêchez-vous
Un jour ou l'autre
L'herbe mangera sur vous."

"Bien sûr, des fois, j'ai pensé mettre fin à mes jours,
mais je ne savais jamais par lequel commencer."

André Isaac, dit PIERRE DAC (1893-1975)

Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale chansonnier des « Les Français parlent aux Français »… forma avec Francis Blanche un duo avec le fameux le sketch « Le Sâr Rabindranath Duval (1957). Nouveauté humoristique : les feuilletons radiophoniques. « Bons baisers de113911234.jpg partout » (740 épisodes), caricature de l'espionnite aiguë (1960, sur France Inter). Improvisa le fameux « Schmilblick », qui « ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout ». 

FRANCIS BLANCHE (1921-1974).Voilà un homme aux mille talents ! Des comédies (avec Albert Husson). Créations hétéroclites : « Mon oursin », (illustré par Cabu). Parolier (environ 400 chansons !): « Débit de lait, débit de l'eau » (Charles Trenet)... Couplets hilarants sur des succès classiques : « La Truite », (les Frères Jacques) sur la musique du quintette en la majeur de Franz Schubert… Plus ses apparitions marquantes à l’écran dans le tragique comme dans le désopilant « Tontons flingueurs » etc. (cf. la biographie de Claude Villers, « Francis Blanche : le tonton flingué », éd. Denoël, 2000

   COLUCHE (1944/86) Lui, s'octroya la grossièreté « sans jamais tomber dans la vulgarité » : défi de prestations inexplorées contre les tabous  soi disant irréprochables et la politique. Au cinéma, il s'affichera en gros plan : 1984, César du meilleur acteur pour une composition bouleversante dans « Tchao pantin ».( Avec ces succès il lança l'association « Les Restos du Cœur ») :
« Je ferais admirablement remarquer aux hommes politiques qui me prennent pour un rigolo que ce n'est pas moi qui ai commencé ».
 « Le travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une médecine du travail ».
 « Il paraît que Dieu a dit : " Il y aura des hommes grands et il y aura des hommes petits… Et il y en a qui seront noirs, petits et moches et pour eux ça sera très dur !"
« Ce qui nous coûte cher en France, c'est la bombe. Non seulement elle coûte un fric fou mais, en plus, elle ne sert à rien. Elle est trop petite pour attaquer les autres. Nous sommes des assassins en impuissance ».
« Dieu a dit : "Il faut partager". Les riches auront la nourriture, les pauvres de l'appétit ».
« Je suis capable du meilleur et du pire, mais dans le pire, c'est moi le meilleur ».

Anne-Flore Urielle


Catégorie : ARTICLES - REFLEXION
Page lue 8305 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !