Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

triangle.jpgtriangle des déportés homosexuels en camp de concentration

 Bible et homosexualité

PROUST « A la recherche du temps perdu » :
 « Il leur faut se défendre comme d'une calomnie de ce qu'est leur vie même ; fils sans mère, à laquelle ils sont obligés de mentir toute la vie et même à l'heure de lui fermer les yeux, amis sans amitiés [...] »

Détermination perverse de flétrir la nature humaine ? insulte à Dieu ?

Premier Testament : « Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination ». Lévitique 18.22. « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort ». Lévitique 20.13
Paul : « Ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l'homme corruptible, Dieu les a livrés à l'impureté, selon les convoitises de leurs cœurs... Dieu les a livrés à des passions infâmes : de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes ». Romains 1.23-27.

      Aujourd’hui, il y a, parmi les homosexuels, d’authentiques chrétiens bien loin de vouloir pervertir la volonté de Dieu : les auteurs bibliques, eux, se persuadaient de vilipender le « péché » extrême – quand on parle de sexe ! Pourtant l'amour de Dieu n’emprisonne jamais : surtout cet état dans lequel les homosexuels n’ont aucun choix, nés ou élevés de la sorte. Autrefois, on condamnait les homosexuels (comme si dans l’Antiquité, sur laquelle est basée notre civilisation, on ne vivait pas ainsi nativement). Depuis, papa Freud a déblayé ces idées préconçues … Dans ce cas, doit-on les stigmatiser au nom de la Bible ? pourtant, ne pas blanchir l'exploitation sexuelle des mineurs ou le viol etc. Et, l'acte sexuel n’étant plus destiné à la reproduction exclusive de l'espèce, (comme les animaux), reste la tendresse qui écarte l’abstinence. Alors ne risque-t-on pas de piétiner l'Évangile ? On s'oriente donc vers deux façons de déchiffrer la Bible : soit ingurgiter, sans réfléchir, toutes les règles éthiques ; soit apprécier le pivot du message : l’amour.

Ce que Paul a écrit est idéalement dépassé depuis longtemps :
« Esclaves, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais avec simplicité de cœur, dans la crainte du Seigneur ». Col 3.22.
« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur ». Col 3.18.

        Dans l’optique d’une meilleure bienveillance à l’égard de l’homosexualité nous trouvons sur notre route quelqu’un qu’on a toujours imaginé coincé et puritain, quelqu’un un peu fourvoyé à propos de la prédestination, mais persévérant : JEAN CALVIN. Tenons-nous en en à ses affirmations : « C'est pourquoi je conclus que nous ne devrions pas juger du prêt à intérêt à partir de quelques passages bibliques mais selon le principe de l'équité ». Là, il libère le débat sur prêt à intérêt : comment protéger le faible contre la spoliation du puissant, quel montant d'intérêt est légitime, comment aider les pauvres qui sont trop pauvres pour emprunter ? D'abord l’antinomie probable entre maint « morales ». Beaucoup de chrétiens ne l'acceptent pas : à leurs yeux n'y a jamais qu'une seule justice. Toutefois l’humanité – à l’heure de la « mondialisation » - élabore le bien et le mal de façon antinomique. Arbitrer entre l’éthique et les prescriptions bibliques ? Pour Calvin, les textes bibliques interdisant le prêt à intérêt empêchaient les pauvres de se voir réduits à l'esclavage. Mais ils empêchaient au XVIème siècle les gens d'emprunter pour financer le développement de leur entreprise. « Notre situation n'est plus la même. Pour cette raison je ne suis pas d'accord de condamner aujourd'hui le prêt à intérêt pour autant qu'il soit pratiqué avec équité et charité. » S'y opposer serait sans aucun doute « jouer avec la Parole de Dieu de manière puérile en préférant la lettre à son esprit ». Cette décision de Calvin ouvrit, en effet, l'Europe à un élargissement économique d'une importance incalculable auparavant. Calvin montre ainsi comment permettre au christianisme d'élaborer une éthique aboutissant à la prospérité, pour ne pas égarer sa fiabilité et sa sécurité. C’est pourquoi en dépit d’un élément biblique foudroyant l’homosexualité, sommes-nous forcés de lui donner l’omnipotence sur l’Amour qu’il semble affronter ? Antonymie entre cette interdiction et l’épanouissement humain. Quelle société, digne de ce nom, tournerait-elle le dos et bannirait-elle un groupe en son sein ? Comme Calvin, un minimum d’empathie nous aidera à écouter ce que l'Esprit dit aux Églises dans ces circonstances nouvelles.

http://protestantsdanslaville.org/

Je me permets d'ajouter cette citation de PAUL dans sa Première Epitre aux Corinthiens chapitre VI, versets 9 à 11 : "Ne savez-vous que les injustes n'hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! Ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les pédérastes, ni les voleurs, ni les accapareurs ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les filous n'hériteront du Royaume de Dieu. Voilà ce que vous étiez, du moins quelques uns. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ et par l'Esprit de notre Dieu".

Anne-Flore Urielle


Catégorie : ARTICLES - REFLEXION
Page lue 105417 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par sanchez le 17/01/2014 @ 10:08

Il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son oeuvre. Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville! Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus! Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous !  Révélation 22